FAQ: Voyager

Les déplacements depuis la Belgique vers l’étranger

Les voyages sont vivement déconseillés. Pour les personnes qui voyageront malgré tout, les règles seront renforcées. Toute personne séjournant plus de 48 heures dans une zone rouge sera considérée comme un contact à haut risque.

L’entrée dans le pays de destination dépend du consentement du pays en question. Toutes les informations destinées aux voyageurs sont rassemblées sur le site du SPF Affaires étrangères, sur une carte complétée par des conseils aux voyageurs pour chaque pays : diplomatie.belgium.be

Le SPF Affaires étrangères utilise des codes de couleur sur sa page d’accueil pour indiquer si un voyage dans un pays ou une zone particulière est possible. Sur ce site, vous trouverez une carte et une liste montrant la même chose, avec des informations détaillées sur chaque pays.
Ce sont les couleurs COVID, basées sur les informations de CELEVAL et du SPF Santé publique :
Sélectionnez et cliquez sur un pays ou une région. Les mesures correspondantes apparaissent.
Cliquez ensuite sur le nom du pays pour obtenir des conseils aux voyageurs détaillés. Consultez ces conseils avant et pendant votre voyage.

Nous travaillons avec des codes couleur que vous pouvez consulter à l’adresse suivante: diplomatie.belgium.be

Les conseils aux voyageurs sont sujets à des changements et les voyages vers une destination peuvent être déconseillés à tout moment. Si vous envisagez un voyage vers l’étranger, il est fortement recommandé de consulter l’avis de voyage des Affaires étrangères, mis à jour en permanence : diplomatie.belgium.be

Les voyageurs doivent savoir que de nouveaux foyers de COVID-19 à l’étranger peuvent affecter considérablement leur voyage et que le rapatriement ne peut être garanti si les vols commerciaux sont supprimés ou les frontières fermées.

Les déplacements depuis l’étranger vers la Belgique

a. Vous possédez la nationalité belge ou vous êtes ressortissant de l’UE, de l’espace Schengen ou du Royaume-Uni ou vous résidez en Belgique, dans l’UE, dans l’espace Schengen ou vous êtes membre du foyer familial des personnes susmentionnées ?

Vous pouvez toujours voyager ou revenir en Belgique, quel que soit le pays de départ. 

Attention : Brexit et Covid-19 

À partir du 1er janvier, la recommandation du Conseil concernant les restrictions de voyage extérieures est d’application pour le Royaume-Uni. Il s’agit d’un système qui permet des voyages vers l’Union européenne depuis seulement un nombre restreint de pays non-UE. Les pays figurant actuellement sur la liste des pays exemptés ont généralement un très faible nombre de cas COVID, ce qui n’est pas le cas au Royaume-Uni. Les voyages non-essentiels depuis le Royaume-Uni vers la Belgique sont donc interdits à partir du 1er janvier 2021. Veuillez-vous référer à la question c. “Vous ne possédez pas la nationalité belge et vous résidez ou habitez un pays hors de l’UE et de l’espace Schengen et vous vous rendez en Belgique à partir de pays qui ne figurent pas sur le site du SPF Affaires étrangères ? “.

b. Vous ne possédez pas la nationalité belge et vous résidez ou habitez un pays en dehors de l’UE et de l’espace Schengen et vous vous rendez en Belgique à partir de pays qui figurent sur le site du SPF Affaires étrangères ?

Il est possible de voyager vers la Belgique à partir de ces pays. Vous pouvez consultez la liste, sur : diplomatie.belgium.be La liste sera révisée toutes les deux semaines et publiée par la suite.

c. Vous ne possédez pas la nationalité belge et vous résidez ou habitez un pays hors de l’UE et de l’espace Schengen et vous vous rendez en Belgique à partir de pays qui ne figurent pas sur le site du SPF Affaires étrangères y compris le Royaume-Uni ?

Il est interdit de voyager vers la Belgique à partir de ces pays pour des déplacements non essentiels. Vous pouvez consultez la liste, sur : diplomatie.belgium.be

Ces restrictions temporaires de voyage ne s’appliquent pas aux personnes ayant une fonction essentielle ou qui ont un besoin essentiel, tels que ceux publiés sur le site web: dofi.ibz.be

Ces conditions spécifiques s’ajoutent aux conditions normales d’accès à la Belgique. Il est important, entre autres, de toujours tenir compte des procédures de visa qui s’appliquent. Pour les voyageurs soumis à un visa qui souhaitent se rendre en Belgique, il convient de noter qu’en raison de la COVID-19, toutes les procédures de visa n’ont peut-être pas (encore) été reprises partout. En outre, les voyageurs ne pourront accéder à la Belgique ou à l’UE que s’ils se conforment aux réglementations européennes et nationales en vigueur, qui déterminent les conditions dans lesquelles les ressortissants de pays tiers peuvent être autorisés à accéder au territoire. Ceci est indépendant des restrictions ou mesures spécifiques qui s’appliquent temporairement dans le cadre de la COVID-19 pour des raisons de santé publique.

Les nationalités non soumises à l’obligation de visa sont soumises aux règles suivantes : la personne doit voyager avec une attestation de voyage essentiel. Cette attestation est délivrée par le poste diplomatique ou consulaire belge compétent si le caractère essentiel du voyage est établi. Une attestation de voyage essentiel n’est pas nécessaire si le caractère essentiel du voyage ressort des documents en possession du voyageur. Exemples : les marins (livret de marin), les passagers en transit (billet d’avion), les diplomates (passeport diplomatique). Pour plus d’informations sur la procédure, voir : dofi.ibz.be

La visite à un partenaire qui ne vit pas sous le même toit est considérée comme un déplacement essentiel, mais elle est soumise à un certain nombre de conditions supplémentaires : concrètement, vous devez avant la demande (nationalités soumises à l’obligation de visa) ou à la date prévue du voyage (nationalités non soumises à l’obligation de visa) :

  • soit pouvoir prouver 6 mois de cohabitation de fait/légale en Belgique ou dans un autre pays ;

  • soit pouvoir prouver que vous entretenez une relation affective depuis au moins 1an, durant laquelle il y a eu au minimum 2 rencontres physiques pour une durée totale minimum de 20 jours. Si une rencontre a dû être reportée à cause des mesures COVID, une preuve du voyage planifié peut être prise en compte comme deuxième visite.

  • soit avoir un enfant en commun.

Le partenaire à l’étranger doit demander à la représentation diplomatique belge un visa ou une preuve de déplacement essentiel (s’il n’est pas soumis à l’obligation de visa). Le poste diplomatique délivrera, dans la mesure du possible, ce visa ou cette preuve. Si ce n’est pas possible, le dossier sera transféré au service immigration.

Quelles sont les mesures associées aux voyages ?

  1. Mesures à prendre lorsque vous partez à l’étranger depuis la Belgique

Du point de vue belge, il n’y a pas de mesures en place pour le départ à l’étranger.

Les pays peuvent adopter des mesures restrictives. Il est donc extrêmement important de consulter les conseils aux voyageurs pour chaque pays sur le site du SPF Affaires étrangères avant le départ afin de connaître la situation et les mesures prises dans le pays de destination. Voir : diplomatie.belgium.be

Que faire si le pays de destination conditionne l’entrée sur son territoire à la présentation d’un test négatif?

  • Vous pouvez demander à être testé dans un laboratoire, mais pas dans les centres de test collaborant avec la plate-forme fédérale (le gouvernement demande d’éviter autant que possible cette pratique de tests préventifs). Les laboratoires ont la possibilité de refuser d’analyser le test afin de donner la priorité aux tests obligatoires. Ces tests sont réalisés à vos propres frais.

  • Vous pouvez demander à être testé à l’aéroport de Bruxelles en vous inscrivant au préalable via https://www.brusselsairport.be et en cliquant sur « enregistrez-vous pour un test sans code d’activation».

Mesures à prendre lorsque vous revenez (de l’étranger) en Belgique
 

L’approche belge du retour des voyageurs distingue les zones rouges, orange et vertes. Selon le pays ou la région d’où vous partez, des mesures différentes s’appliquent après votre retour en Belgique.

    • Les zones rouges sont des régions ou des pays où les personnes sont soumises à un risque élevé d’infection, ou qui sont mises en lockdown par le pays en question. Lors du retour, la quarantaine est obligatoire. Si vous avez séjourné dans une zone rouge, lors de votre retour et après avoir complété le PLF, vous recevrez un sms. Vous devrez alors vous placer en quarantaine et vous faire tester. Voir plus loin sous “Quels sont les voyageurs qui doivent aller en quarantaine et qui doivent se faire tester ?”.

 
  • Les zones orange sont des régions ou des pays pour lesquels un risque modérément accru d’infection a été identifié. Lors de votre retour, vous devez remplir le PLF et l’auto-évaluation.

  • Les zones vertes sont des régions ou des pays pour lesquels un faible risque d’infection a été identifié. Lors de votre retour, vous devez remplir le PLF et l’auto-évaluation. Aucune autre mesure ne doit être suivie. Au retour des zones orange et vertes, il n’y a pas de conditions de quarantaine lors de l’arrivée en Belgique.

Vous trouverez les zones et les mesures en vigueur sur la carte publiée sur le site du SPF Affaires étrangères : diplomatie.belgium.be

Attention : la couleur sur la carte est la couleur des conseils aux voyageurs pour ce pays, les conditions de retour apparaîtront seulement après avoir cliqué sur la région.

L’application Coronalert est disponible depuis le 1er octobre. Vous trouverez plus d’information ici : coronalert.be

Test négatif pour les non-résidents en provenance d’une zone rouge

En outre, à partir du 25 décembre 2020, les personnes ne résidant pas en Belgique doivent, dès l’âge de 12 ans, présenter un résultat de test négatif sur la base d’un test effectué au plus tôt 72 heures avant le départ vers le territoire belge.

  • Exceptions : 

    • les voyageurs qui ne viennent pas en Belgique via un transporteur aérien ou maritime et qui ont été à l’étranger pendant 48 heures maximum, ou qui resteront en Belgique pendant 48 heures maximum, ne doivent pas présenter un résultat de test négatif.

    • Les voyageurs qui ne font que transiter par voie aérienne et qui restent exclusivement dans la zone de transit sans entrer sur le territoire belge ne sont pas non plus tenus d’avoir un résultat de test négatif.

En cas de transport organisé, le transporteur est tenu de contrôler que ces personnes, préalablement à l’embarquement du transport, présentent un résultat de test négatif. En l’absence de résultat de test négatif, le transporteur est tenu de refuser l’embarquement. La présentation d’un test négatif n’entraîne aucune exception à l’obligation de remplir le PLF et des éventuelles conséquences, à savoir se placer en quarantaine et un test obligatoire le septième jour après l’arrivée en Belgique.

Attention :

Le document doit être sur format papier ou électronique immédiatement consultable.
Le document doit être produit en néerlandais, français, allemand ou anglais.
Sur le document produit par le voyageur à l’intention du transporteur ou à l’attention des agents:

 L’analyse doit avoir été réalisée dans un laboratoire officiel du pays duquel le voyageur provient et certifiée par un médecin ou pharmacien biologiste (équivalent no INAMI).Les tests suivants ne sont pas acceptés :

  •  RT-LAMP ;

  • Tests sérologiques.

Le résultat du test doit être vérifié avant de quitter le pays de départ par le transporteur (lorsque le transporteur n’est pas le voyageur) : si le document n’est pas disponible, le passager ne peut pas être pris en charge.

Pour les personnes arrivant par leurs propres moyens en Belgique, des contrôles aléatoires peuvent être menés au niveau des frontières.

Le Formulaire de localisation du passager (PLF)

Quand dois-je remplir un Formulaire de Localisation du Passager (PLF) ?

TOUS les voyageurs se rendant en Belgique, quel que soit le moyen de transport utilisé, doivent remplir le Formulaire de Localisation du Passager au plus tôt 48 heures avant l’arrivée en Belgique.

  • Exception : les voyageurs qui ne viennent pas en Belgique via un transporteur aérien ou maritime et qui ont été à l’étranger pendant 48 heures maximum, ou qui resteront en Belgique pendant 48 heures maximum, ne doivent pas remplir de document PLF.

Un formulaire distinct doit être rempli pour chaque passager âgé de 16 ans et plus. Les détails concernant les enfants de moins de 16 ans doivent être précisés sur le formulaire de l’adulte qui les accompagne, lorsqu’ils sont accompagnés d’un adulte. Lorsque des enfants de moins de 16 ans voyagent seuls, ils doivent remplir leur propre formulaire. Il est obligatoire de remplir le Formulaire de Localisation du Passager de manière complète et honnête. Le fait de ne pas remplir ce formulaire peut entraîner des poursuites judiciaires, un refus d’embarquement par le transporteur, et un refus d’entrée sur le territoire.

Comment remplir le Formulaire de Localisation du Passager (PLF) ?

Le document PLF doit de préférence être rempli électroniquement. Le formulaire est disponible ici : travel.info-coronavirus.be

  • Après avoir envoyé le formulaire électronique, le voyageur recevra un reçu avec un code QR par e-mail. Le cas échéant, le passager doit le présenter au transporteur au départ et au contrôle à la frontière lors de l’arrivée.

  • Le formulaire électronique comprend également une auto-évaluation du risque de contamination à remplir obligatoirement. Sur la base de ce questionnaire, un SMS est envoyé avec les mesures à suivre.

S’il n’est pas possible pour le passager d’utiliser le Formulaire de Localisation du Passager électronique (e-PLF), il est tenu de remplir et signer la version papier du Formulaire de Localisation du Passager. Le formulaire peut être téléchargé ici: dofi.ibz.be

Le voyageur doit télécharger, compléter et signer ce document avant d’arriver en Belgique. L’original doit toujours pouvoir être présenté aux autorités de contrôle au moment d’une inspection.

  • Les passagers en provenance d’un pays de l’espace Schengen devront présenter leur formulaire et le remettre au transporteur lors de l’embarquement.

  • Les passagers en provenance d’un pays hors de l’espace Schengen devront remettre leur formulaire au contrôle à la frontière lors de leur arrivée.

  • Les passagers qui n’utilisent pas un transporteur doivent le remettre dans les 12 heures suivant leur arrivée en Belgique. Cela peut être fait par e-mail à PLFBelgium@health.fgov.be ou en copiant les détails de la version papier dans une version électronique du Formulaire de Localisation du Passager.

Si les informations indiquées sur le formulaire changent dans les 14 jours suivant l’entrée sur le territoire, il est obligatoire de le signaler, de préférence en remplissant un nouveau e-PLF sur travel.info-coronavirus.be avec les détails complets et mis à jour. Si vous utilisez la version papier, vous devez transmettre la version modifiée à PLFBelgium@health.fgov.be.

Quels sont les voyageurs qui doivent aller en quarantaine et qui doivent se faire tester ?

A. Quarantaine  

Les voyageurs (résidents et non-résidents) revenant des zones rouges, qui ont séjourné à l’étranger pendant plus de 48 heures, et qui ont séjourné en Belgique pendant plus de 48 heures sont considérés comme des “contacts à haut risque”, ce qui signifie qu’ils sont soumis à une quarantaine obligatoire.

Les enfants de moins de 6 ans ne doivent pas être testés, mais ils doivent quand-même respecter la quarantaine.

Cette mesure s’applique à titre provisoire jusqu’au 15 janvier, sans indication contraire. Dans quelques cas seulement, de strictes exceptions ont été prévues :

(1) pour les personnes qui exercent des fonctions critiques dans des secteurs essentiels, le travail peut être autorisé sur le lieu d’emploi moyennant une attestation de l’employeur ou de l’indépendant (conformément à la décision de la Conférence interministérielle Santé publique du 2 décembre 2020) ;

(2) les étudiants sont autorisés à interrompre exceptionnellement leur quarantaine pour présenter un examen (uniquement pour présenter l’examen) ;

(3) Les résidents/voyageurs ayant séjourné à l’étranger pour raison professionnelle peuvent déroger à la quarantaine sous certaines conditions.

Lors du Comité de concertation du 30 décembre 2020, il a été décidé de faire, à partir du 4 janvier 2021, une distinction dans le score de l’outil d’auto-évaluation entre :

    • les déplacements à l’étranger pour raisons professionnelles certifiées par l’employeur belge, le donneur d’ordre belge ou une organisation internationale établie sur le territoire belge d’au moins 48 heures vers ou depuis une zone rouge

    • pour raisons non professionnelles d’au moins 48 heures vers ou depuis une zone rouge.

Pour les voyages professionnels (de résidents et de non-résidents), un score ajusté s’applique sur la base duquel il est décidé de respecter ou non la quarantaine obligatoire. Remarque: toutes les autres obligations (par exemple : test obligatoire pour les non-résidents de la zone rouge datant d’au maximum 72 heures et test au jour 7, pour les résidents revenant de zone rouge aux jours 1 et 7) restent en vigueur.

  • Le formulaire voyages d’affaires à l’étranger (BTA) doit être complété en ligne par l’employeur belge, le donneur d’ordre belge ou une organisation internationale établie sur le territoire belge AVANT LE DÉPART du voyageur concerné.

  • Le formulaire BTA complété génère un numéro de certificat qui doit être saisi dans le formulaire de localisation des passagers (PLF) modifié pour activer la section voyages professionnels. Sans ce numéro, un voyage ne peut être considéré comme professionnel.

  • Le formulaire de localisation des passagers (PLF) est complété par le voyageur à son retour en Belgique. Le PLF fournit un questionnaire d’auto-évaluation qui devrait permettre au gouvernement de faire une analyse des risques. Sur cette base, une décision sera prise d’imposer ou non la quarantaine :

    • Score PLF inférieur à 250 : pas de quarantaine et pas de test ;

    • • Score PLF supérieur ou égal à 250 : quarantaine et test obligatoires

Pour plus d’informations sur le formulaire BTA dans le cadre des déplacements professionnels, veuillez consulter le site bta.belgium.be

Si une personne voyage pour des raisons professionnelles mais ne possède pas de numéro de certificat valide selon la procédure ci-dessus, il ne pourra alors pas activer la section voyages professionnels du PLF et relèvera par conséquent de la réglementation sur les voyages non professionnels, avec mise en quarantaine obligatoire.

Pour les personnes considérées comme des “contacts à haut risque”, la période de quarantaine commence le jour du départ de la zone rouge, à condition que ce soit clairement et objectivement identifié sur le PLF. Sinon, la quarantaine commence dès que le voyageur arrive en Belgique, après un séjour en zone rouge, sauf décision contraire du médecin traitant/décret des entités fédérées.

Cela implique, pour les citoyens qui reviennent d’une zone rouge située à l’étranger, une quarantaine de minimum 7 jours doit être observée, suivie de 7 jours de vigilance supplémentaire (c’est-à-dire 7 + 7).

Lorsque vous vous placez en quarantaine, la quarantaine peut être levée temporairement pour une activité nécessaire dans la mesure où cette activité ne peut être reportée.

  • Par exemple : un étudiant étranger peut respecter la quarantaine de deux semaines avant de commencer ses études ; une personne qui voyage pour des funérailles peut assister à celles-ci mais doit rester en quarantaine pour le reste de son séjour.

  • Lors de l’exercice de cette activité, la distanciation sociale et les autres mesures de protection doivent être scrupuleusement respectées.

  • Pour tout ce qui n’est pas lié à la raison de l’activité ou du déplacement essentiel, la personne devra donc se conformer à la quarantaine.

Pour les déplacements de courte durée (moins de 48 heures) en Belgique ou à l’étranger, il faut cocher cette case sur le Formulaire de Localisation du Passager et aucun SMS ne sera envoyé. La quarantaine n’est pas obligatoire dans ce cas.

B. Test

Les résidents qui reviennent d’une zone rouge qui ont séjourné plus de 48 heures doivent effectuer un test au jour 1 et au jour 7 de la mise en quarantaine. Les non-résidents qui reviennent d’une zone rouge et qui y ont séjourné plus de 48 heures, doivent effectuer un test au jour 7 de la mise en quarantaine.

  • Exception: les voyageurs qui ne viennent pas en Belgique via un transporteur aérien ou maritime, et qui ont restés à l’étranger pendant 48 heures maximum, ne doivent pas remplir le PLF et ne doivent donc pas effectuer de test.

À leur retour, les voyageurs recevront un SMS avec lequel ils pourront s’inscrire dans un centre de test, où l’échantillon est prélevé pour un test PCR. Pour ce faire, ils peuvent prendre un rendez-vous via l’outil de réservation accessible via www.masanté.be

  • Si ce test est positif, le contact à haut risque est placé en isolement pendant au moins 7 jours à compter du jour où le test a été effectué.

  • Si, en tant que résident, votre test est négatif au jour 1, vous recevrez une nouvelle invitation par SMS au jour 5 pour être testé à nouveau le jour 7. Vous devez rester en quarantaine malgré le test négatif du premier jour.

  • Si ce test est négatif au jour 7, le contact à haut risque peut sortir de sa mise en quarantaine, mais il est important de maintenir une vigilance accrue pendant un total de 14 jours après le dernier contact à haut risque (tenant compte des exceptions en vigueur pour le personnel des soins).

Les enfants de moins de 6 ans ne doivent pas être testés, mais ils doivent quand-même respecter la quarantaine.

Si aucun test n’est effectué (par exemple, pour un enfant de moins de 6 ans), ou si le résultat du test n’est pas disponible à temps, la quarantaine des contacts à haut risque asymptomatiques cesse après 10 jours à compter du jour du dernier contact à haut risque. Cette quarantaine est ensuite suivie d’une période de 4 jours de vigilance accrue.

Que faut-il entendre par “quarantaine” ?

La quarantaine signifie rester à l’intérieur (y compris le jardin ou la terrasse) dans un seul endroit, qui doit être spécifié à l’avance via le Formulaire de Localisation du Passager. Il peut s’agir d’une adresse privée (chez de la famille ou chez des amis) ou d’un autre lieu de séjour, comme un hôtel. Si la personne tombe malade, tous les colocataires sont considérés comme des contacts étroits.

Pendant cette période, le contact avec d’autres personnes, y compris celles qui se trouvent dans la même maison, doit être complètement évité (toujours garder une distance de 1,5 m).

  • Les serviettes, les draps de lit et les ustensiles de cuisine ou de boisson ne doivent pas être partagés avec les autres colocataires et, si possible, la personne doit utiliser des toilettes et une salle de bain séparées.

  • La quarantaine dans un environnement avec des personnes à risque d’une forme grave de COVID-19 n’est pas recommandé (par exemple, les personnes de plus de 65 ans, les personnes souffrant d’une maladie sous-jacente grave telle qu’une maladie cardiaque, pulmonaire ou rénale grave, les personnes dont l’immunité est diminuée).

  • La visite de personnes extérieures n’est pas autorisée.

  • Il est interdit de travailler et d’aller à l’école sauf pour les exceptions énumérées ci-dessous. Le télétravail est possible.

  • Pour tous les déplacements (à partir de l’arrivée en Belgique), il faut éviter d’utiliser les transports publics.

  • L’état de santé doit être étroitement surveillé. En cas de symptômes pouvant entrainer une suspicion de COVID-19, un médecin traitant doit être contacté par téléphone. En cas d’apparition de symptômes, vous devez vous placer en auto-isolation et prendre contact avec votre médecin traitant.

  • Pendant toute la période de quarantaine, il faut être joignable et coopérer avec les autorités sanitaires.

  • Les sorties ne sont autorisées que pour les activités nécessaires suivantes, et à condition d’accorder une attention particulière aux mesures d’hygiène, de se tenir à distance des autres personnes et de porter un masque buccal (en tissu) :

    • soins médicaux urgents ;

    • achat de produits de première nécessité, tels que la nourriture et les médicaments, mais seulement si personne d’autre ne peut s’en occuper, et par exception ;

    • régler les questions juridiques/financières urgentes ;

Quarantaine versus isolement : la différence

S’il vous est demandé de vous mettre en isolement, c’est pour une période d’au moins 7 jours. Cela signifie que vous êtes malade ou que vous avez été testé positif.

L’isolement est levé lorsque ces 3 conditions sont respectées :

  • au plus tôt 7 jours après l’apparition des symptômes ;

  • jusqu’à au moins 3 jours sans fièvre ;

  • une amélioration des symptômes respiratoires.

Mesures supplémentaires à prendre en cas d’isolement :
  • Portez un masque buccal à la maison pour protéger les personnes qui vivent sous le même toit

  • Restez autant que possible dans une pièce séparée et bien ventilée, afin que le virus ne puisse pas s’y développer

  • Demandez de l’aide à d’autres personnes pour effectuer vos courses

  • Vous pouvez contacter le centre d’appel vous-même pour une recherche de contact, mais vous ne devriez pas traîner.

Quid des personnes qui voyagent malgré tout à l’encontre des avis. Qu’en est-il de l’assurance voyage si ces personnes tombent malades en voyage ?

Les conditions générales d’une police d’assurance voyage spécifique déterminent les cas dans lesquels l’assurance voyage intervient. Par conséquent, les conditions générales stipulent si les frais médicaux et/ou de rapatriement sont couverts si, en cas de conseil de voyage négatif, une personne est néanmoins partie en voyage et y tombe malade. La plupart des assureurs d’assistance voyage n’offrent aucune couverture dans ces cas. Dans le cas des assurances hospitalisation également, les conditions générales précisent les conditions dans lesquelles l’assureur hospitalisation intervient à l’étranger.