La recherche sur le covid-19

A Bruxelles, les idées pour lutter contre le covid-19 foisonnent. En effet, la Région bruxelloise concentre les chercheuses et chercheurs, qui y sont proportionnellement plus nombreux qu’en Belgique et en Europe. Le monde académique bruxellois est dynamique. Il a adapté ses travaux et ses programmes de recherche à la situation pour y intégrer le covid-19.

Cette page rassemble les différentes initiatives et recherches menées par les universités et hautes écoles bruxelloises sur la pandémie de covid-19 afin de les partager et ainsi de faire avancer collectivement la connaissance sur ce sujet car c’est tous ensemble que nous surmonterons cette crise. Et l’excellence de la recherche bruxelloise y contribue grandement.

Face à la crise du covid-19, le FNRS consacre 3 millions d’euros supplémentaires à la recherche. Un appel à projets pour mobiliser les communautés scientifiques de la Fédération Wallonie-Bruxelles a été lancé. Les projets seront connus durant le mois de juin.

Téléchargez la liste des recherches menées par les universités et hautes écoles bruxelloises ici.

À côté de la recherche académique, la Région bruxelloise encourage et soutient également la recherche et l’innovation industrielle pour faire face à cette crise sanitaire sans précédent. Ainsi, Innoviris a rapidement mis en place et notifié à la Commission européenne (DG concurrence) un régime de soutien au développement de solutions innovantes à la pandémie de coronavirus, telles que des vaccins, des médicaments et des traitements, des dispositifs médicaux, des équipements médicaux et hospitaliers. Le financement d’Innoviris couvre, à hauteur de 80 %, les coûts de la R&D, de dépôt de brevet ainsi que les validations cliniques en lien avec ces activités.

En outre, les entreprises sont encouragées à coopérer entre elles ou avec des organismes de recherche transfrontaliers. Ainsi, l’appel à projets EUREKA Solutions for Post COVID-19- Next High-Impact Human Pandemic se concentre sur des projets industriels internationaux de collaboration proposant des solutions innovantes pour les pandémies d’infections humaines ayant un impact sociétal élevé.

Enfin, à côté des projets de recherche, les fablabs publics se sont aussi mobilisés pour concevoir et produire du matériel de protection, notamment pour les hôpitaux bruxellois. En date du 15 mai, le réseau de fablabs bruxellois avait ainsi déjà fabriqué plus de 44 000 visières, 3 000 masques et 1 500 blouses de protection. L’ECAM a fourni des imprimantes 3D et des ordinateurs, configurés pour participer au projet Folding at Home. Ce projet permet de partager la puissance de calcul inutilisée d’un ordinateur pour la mettre au service de la recherche médicale, et en particulier à la recherche concernant le COVID-19.